Un café ? L’histoire derrière les capsules de café

capsules compatibles nespresso

L’invention de la capsule de café a révolutionné le monde du café, contribuant à la popularité croissante de l’une des boissons les plus distinctives du marché : l’espresso, cette petite tasse de café seule et forte. Il existe de nombreuses façons de préparer un café, mais l’espresso devient rapidement la boisson de choix pour les amateurs du café. Comment préparer un espresso ? Injection d’eau chaude sous pression et pendant moins de 25 secondes dans les grains de café finement moulus. Le résultat est une dose concentrée de café surmontée d’une mousse délicate d’une teinte brunâtre semblable à celle du chocolat. En juin 2010, M. Eric Favre, inventeur prolifique et pionnier du café en doses, a partagé ses réflexions et son expérience d’inventeur et d’entrepreneur avec les participants à un séminaire organisé lors de la première journée portes ouvertes de l’OMPI. Cet article recueille vos commentaires et nous fait connaître les origines d’une technologie qui a transformé la façon dont les gens boivent le café.

Les origines

L’espresso est né en Italie – espresso en italien, qui signifie « rapide » – au début du XXe siècle, lorsque Luigi Bezzera, frustré par le fait que l’on se retourne chaque matin pour préparer un café, a ajouté de la pression de vapeur au café. De cette façon, non seulement il a accéléré le processus de préparation, mais il a aussi découvert qu’on obtenait un café plus fort et plus épais. Malgré ses connaissances techniques, M. Bezzera n’a pas réussi à commercialiser le produit. M. Desidero Pavoni était un homme d’affaires italien qui, après avoir acquis le brevet de la machine de M. Bezzera en 1905, l’a expressément introduit avec succès sur le marché italien et a changé notre façon de boire le café.

Une technologie en évolution
La technologie permettant de préparer un espresso parfait a évolué au fil des ans. En 1938, l’apport d’un Cremonesi, inventeur d’une machine à café à piston, a permis de mettre fin à l’arrière-goût de brûlé résultant de l’utilisation de la vapeur ou de l’eau bouillante. Par la suite, grâce au piston à ressort de M. Achille Gaggia, il est devenu possible d’appliquer une pression sur le café sans avoir besoin de bouilloire (dans les premières machines à café, l’eau utilisait la pression de la bouilloire). En 1961, la société Faema invente une machine à pompe électrique dans laquelle l’eau passe dans le café. Cette avancée a marqué le début des machines à café à pompe dont sont issues les machines à espresso modernes.

« Un inventeur doit être un entrepreneur ».

La naissance d’une invention

Fils d’un inventeur agricole, M. Eric Favre a su, peu après avoir commencé sa carrière d’ingénieur, l’importance d’inventer quelque chose qui puisse être vendu. C’est avec cette idée en tête qu’il a rejoint le département de l’emballage au siège suisse de Nestlé en 1975. Il pourrait ainsi être en contact permanent non seulement avec le travail du département R&S de l’entreprise, mais aussi avec les départements des ventes, du marketing et de la production. Au milieu des années 70, le café instantané faisait fureur, mais ce qui a vraiment déclenché l’étincelle de l’aventure du café de M. Favre, c’est son désir de faire du café pour tout le monde et de déguster le meilleur espresso italien dans le confort de son foyer.

M. Favre et son épouse, ont parcouru l’Italie à la recherche du parfait espresso, qu’ils pensaient avoir trouvé à Rome, au Caffè Sant’Eustachio, où les Romains faisaient la queue pour déguster une tasse de la spécialité du barista Eugenio. Cet espresso était une étape au-dessus de toutes celles qu’ils avaient essayées dans le reste de l’Italie, mais il se démarquait également des autres dans sa préparation. « Eugenio utilisait encore les anciennes machines à café classiques à quatre pistons », dit-il. Pour préparer le café, le piston ne descendait pas une fois, comme toutes les autres, mais trois ou quatre fois. « C’est ainsi qu’Eugenio a diffusé le café, un détail essentiel de l’invention de M. Favre. « Grâce à Eugenio, j’ai compris que, pour obtenir un bon espresso, il faut mettre le maximum d’air dans l’eau avant qu’elle n’entre en contact avec le café. L’air contient 20 % d’oxygène. De cette façon, les arômes ou les huiles essentielles sont oxydés et peuvent être extraits plus rapidement », explique-t-il, « l’espresso est un mélange d’air, d’eau et d’huiles de café. C’est très simple, mais personne n’y avait pensé jusqu’alors. Je n’ai pas inventé une capsule, mais quelque chose de beaucoup plus puissant : une formule », dit-il.

Après cette révélation chez lui en Suisse, M. Favre a décidé de mettre son idée à l’épreuve. Presque instantanément, il a réalisé que « le café filtré est ce que l’eau a exprimé avec l’eau ». L’espresso est un café beaucoup plus aromatique et savoureux car « les petites bulles d’air du liquide explosent dans le palais et réveillent les papilles gustatives », explique M. Favre. Le concept était clair, mais l’un des grands défis que doivent relever les inventeurs est, selon les termes du créateur, d’expliquer sa vision aux autres : « Le problème est que lorsque vous avez tout compris et que vous savez ce que vous pouvez donner Oui, votre idée, personne ne comprend vraiment ce dont vous parlez parce que c’est quelque chose de nouveau et qu’il n’y a pas de mots pour le décrire ».

M. Favre a commencé à démontrer son idée et à travailler dans une « cellule d’extraction qui concentre tous les arômes ». En se basant sur ses connaissances en ingénierie, il a opté pour une demi sphère, sur la base de laquelle il a incorporé un filtre et une membrane. Peu après, il a conçu une capsule en forme de chapeau de champignon, qui évoluait vers sa forme actuelle.

Après avoir joué un rôle clé dans la création et la commercialisation de la capsule Nespresso originale, M. Favre a fondé sa propre société, Monodor SA, basée en Suisse, en 1991. Depuis l’obtention d’un brevet pour la capsule originale en 1976, il y a plus de 30 ans, M. Favre n’a cessé d’innover et de perfectionner son invention. M. Favre et Monodor ont plusieurs brevets sur leur technologie et ont utilisé le PCT de l’OMPI pour demander une protection internationale à plusieurs reprises.

La conception de Monodor améliore l’invention initiale. La capsule originale, commercialisée jusqu’en 1994, pesait 3 grammes ; cependant, le filtre seul pesait déjà 2 grammes et était principalement en aluminium. Comme le filtre n’était qu’une autre partie du conteneur, des tonnes d’aluminium ont été gaspillées. Pour M. Favre, dans un monde aussi préoccupé par l’écologie qu’il l’est aujourd’hui, ce détail « impliquait une dépense d’énergie impensable ».

Inspiré par l’architecture d’un pont italien vieux de 2 000 ans, il a mis au point une nouvelle capsule qui se transforme en filtre sous l’effet de la pression (environ 150 kg) exercée lors du processus d’extraction. La capsule, ou plus précisément la méthode d’extraction de la nouvelle capsule, élimine la nécessité d’incorporer un filtre dans la capsule. Avec cette méthode (voir numéro de demande PCT / CH91 / 000222), la machine perce le haut de la capsule et injecte de l’eau sous pression, de sorte que les grains de café gonflent jusqu’à cinq fois leur volume. Cela génère une pression à l’intérieur de la capsule qui finit par déformer la membrane à la base de la capsule et l’incruste dans les dents du fond de la machine à café. Le liquide atteint la tasse par le filtre.

L’emballage des capsules de Monodor est minimal comparé à celui de nombreuses autres capsules. Il est constitué de sept couches différentes de polypropylène. L’emballage ne représente que 12 % de la capsule, le reste étant du café.

En raison de l’extraordinaire potentiel commercial des capsules de café, M. Favre et sa société, Monodor SA, ne peuvent pas négliger la défense de leurs droits de brevet. « Cela semble très facile, mais c’est une formule que nous avons dû breveter », dit-il. Nous devons la protéger très soigneusement … Si nous ne disposions pas de cette protection, il y aurait des centaines de copies », ajoute-t-il.

Monodor, une entreprise familiale, est en concurrence avec succès sur le marché, travaillant avec environ 400 experts spécialisés dans les différentes étapes du processus de production. « Cela nous a permis d’obtenir des résultats comparables à ceux des grands laboratoires de recherche commerciaux … en très peu de temps et nous a donné … la possibilité de nous développer », déclare M. Favre.

À ce jour, Monodor a produit plus de 500 millions de capsules sous licence. « Aujourd’hui, nous continuons à évoluer. Comme nous sommes devenus une sorte de Tetrapak 1, d’autres grands groupes peuvent vendre notre produit de différentes manières », dit-il. La demande de capsules dans les bars, restaurants et autres établissements où la consommation de café est élevée ne cesse de croître, ce qui signifie qu’il faut produire des milliers de machines en peu de temps. « C’est pourquoi il y a de plus en plus de grands groupes derrière cela », explique Favre. En 2000, Monodor – enregistré par le Système de Madrid pour l’enregistrement international des marques de commerce OMPI – a signé un accord de licence avec Lavazza pour produire, vendre et distribuer le produit au niveau international sous le label Monodor Lavazza Blu. En 2004, la société a signé un accord avec la société suisse Migros pour la production, la vente et la distribution du produit Monodor en Suisse sous la marque Delizio .

Avec une grande partie du marché encore intacte actuellement, les capsules de café représentent environ 1% du marché du café, déplaçant des millions et des millions de dollars et devant croître de 20% dans les dix prochaines années, Monodor a un avenir glorieux devant elle Oui. La grande invention de M. Favre a pour des millions de consommateurs l’art de faire un espresso. Si un bon espresso était une denrée précieuse dans le passé, aujourd’hui, les amateurs de deep L peuvent en profiter et apprécier facilement l’arôme amer et le goût intense du café du monde entier.

Animé par sa passion pour les inventions, M. Favre continue d’étendre l’application de son concept révolutionnaire avec le lancement en Chine (Pékin et Shanghai) de la Tpresso 2 en octobre 2010. Cette façon unique de préparer le thé comprend une capsule hermétique avec des feuilles de thé finement coupées à l’intérieur, une présentation particulièrement efficace, semble-t-il, pour préserver les arômes et les saveurs subtiles du thé.

Si l’entreprise a un objectif, c’est de continuer à innover et de découvrir de nouveaux et meilleurs procédés. Tout en étudiant comment optimiser la pression d’extraction des arômes des produits alimentaires, leurs efforts se concentrent sur plusieurs domaines de recherche, notamment le café (ristretto, espresso, cappuccino, etc.), les thés et infusions (thé noir, vert, à la menthe, etc.), les produits laitiers (lait et chocolat, etc.), les produits culinaires (bouillons, soupes, sauces, etc.) et les aliments pour bébés.

Source: caffe-shop.it (article traduit)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *